Les auteurs > Molière > Repres biographiques
   Les oeuvres
   Les auteurs
   La lecture
de l'image
   Le catalogue
 
    Dossiers
pédagogiques
    Séquences de travail
    Univers des Lettres Bordas
 
Des études d'oeuvres pour le lycée
   Le catalogue
 
  
  Molière (1622-1673)

Repères biographiques

Jean-Baptiste Poquelin dit Molière, XVIIe siècle

Un symbole de la culture française
Molière est, avec La Fontaine et Victor Hugo, un des trois auteurs clés de la culture française. Il forme avec Corneille et Racine le trio de dramaturges qui a créé le théâtre classique : son oeuvre constitue donc en premier lieu une référence de l'esthétique classique. Mais cet aspect historique s'accompagne d'une adhésion spontanée du grand public, et notamment de la jeunesse, à un auteur dont la langue reste parfaitement accessible et la problématique d'actualité (le rire ; l'amour ; la noblesse des sentiments ; la révolte contre l'hypocrisie, l'autorité, l'injustice).

« Notre maître à tous » (Ionesco)
Molière a doté la scène française d'un excellent répertoire de comédies. Mais il a aussi, à partir d'une triple tradition (la farce du Moyen Âge, la commedia dell'arte italienne et la comédie antique, principalement Plaute et Térence), enrichi et diversifié l'univers dramatique du rire en déclinant toute une série de formes : la farce (les Fourberies de Scapin), la comédie-ballet (le Bourgeois gentilhomme), la comédie d'intrigue (le Malade imaginaire), la comédie de caractère (l'Avare), la comédie de moeurs (le Misanthrope), la grande comédie (Tartuffe).
Observateur attentif des conduites humaines, il a créé dans ses pièces une famille de personnages devenus des types : Harpagon l'avare, Tartuffe l'hypocrite, Dom Juan le séducteur, Célimène la coquette, Scapin le valet malin. Ses valeurs (la nature, la mesure, l'intelligence, la liberté) ont une portée universelle. Elles l'inscrivent parmi les grands moralistes (Montaigne, La Rochefoucauld, La Bruyère). On lui doit également d'avoir été un réaliste en plein siècle classique : sa peinture de la société (prétentions de la bourgeoisie, corruption des dévots, incompétence des médecins, arrivisme intellectuel des femmes, bon sens des domestiques) ouvre la voie au roman de moeurs de Balzac.

Le premier farceur de France
Héritier d'une tradition de la farce fondée sur les fabliaux du Moyen Âge, Molière a redonné son prestige à un genre quelque peu oublié et méprisé. On trouve dans ses pièces tous les degrés du rire : le comique de farce, qui apporte une vraie détente au spectateur ; le comique plus intellectuel de la satire, qui répond à un objectif majeur de l'auteur (« corriger les vices des hommes ») ; enfin un comique grave, qui mêle l'inquiétude à la gaieté. À l'image d'un Molière amuseur des foules se superpose donc celle d'un homme profond qui fait rire pour ne pas faire pleurer. Les cabales qui se sont déchaînées contre le Tartuffe et Dom Juan attestent le caractère subversif de son comique.

Un homme de spectacle
Molière est un vrai technicien du théâtre. À la fois auteur, metteur en scène, directeur de troupe (l'Illustre-Théâtre, qui deviendra la Comédie Française), il est capable d'écrire et de monter une pièce en un temps record. Son art dramatique repose sur une série de procédés qu'il combine savamment les uns avec les autres : procédés scéniques (danse, musique, déguisements, coups de bâtons, apartés), dramatiques (stratagèmes, coups de théâtre, quiproquos) et dialogues (langage parodique, bons mots, variation des niveaux de langue).

Ce texte est extrait de l'ouvrage
« Mémo Références • Dictionnaire de la littérature française »,

Évelyne Amon, Yves Bomati, Éditions Bordas. Tous droits réservés.


D'après l'ouvrage
« Mémo Références • Dictionnaire de la littérature française »
Disponible en librairie

 
 Molière
 Repères biographiques
 Toutes ses oeuvres